On prend de la vitesse pour regarder, sur Netflix, The Flash

Temps de lecture estimé : 3 '

On prend de l’élan, beaucoup d’élan et on court, on court et on court encore pour arriver sur le canapé et regarder, sur Netflix par exemple, la série The Flash avec Grant Gustin !

Barry Allen est un jeune scientifique qui travaille pour la police de Central City. Quand il était petit, il a été le témoin du meurtre de sa mère, prise au piège dans un tourbillon d’éclairs. Son but est de trouver des réponses à ce phénomène afin de faire innocenter son père qui a été emprisonné.Un beau jour, Barry est frappé par un éclair provoqué par l’explosion de l’accélérateur de particules dans les laboratoires de Harrison Wells, un célèbre scientifique, Barry va sombrer dans le coma pendant neuf mois. À son réveil, il découvre qu’il peut courir à une vitesse surhumaine …

Bienvenus dans l’Arrowverse

Flash, c’est un super-héros de l’univers DC Comics, comme SupermanBatman ou encore Wonder Woman. Dans sa version télé actuelle, la série a été créée en 2014 pour la chaîne américaine The CW, qui est à l’origine de la série Arrow, autre héros de l’écurie DC Comics et Flash fait partie du Arrowverse, mais je m’égare… Bref, la série qui nous intéresse aujourd’hui met dans le costume rouge moulant de l’éclair le comédien Grant Gustin accompagné de Candice Patton, Danielle Panabaker, Carlos Valdes, Tom Cavanagh et Jesse L. Martin et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle décoiffe !

Mettre au goût du jour des super-héros vieux de plusieurs décennies, n’est pas facile, Flash est apparu dans un comic book en 1940, mais les scénaristes Greg Berlanti, Andrew Kreisberg et Geoff Johns ont su créer un véritable univers de héros à la télévision et ça fonctionne plutôt bien. Cela va plus loin que la simple histoire de super-héros, les personnages sont profonds, avec une identité et des particularités qui vont au-delà du cliché et du stéréotype que l’on pourrait se faire de ce genre de séries.

Pour ma part, je suis emballé, même si Flash fait partie d’un arc narratif incluant plusieurs séries (ArrowSupergirlLegends of Tomorrow, …), elle se regarde très bien de manière indépendante et il n’est pas nécessaire d’être familier de l’univers des super-héros pour pouvoir la regarder. Finalement, elle se compose comme une fiction à suspens avec une trame de fond.
Chaque saison, six pour l’instant, a son méchant et chaque épisode son méta-humain. On suit la team Flash dans sa quête de mettre fin aux agissements du super-vilain tout en combattant celui de l’épisode. Ça peut paraître répétitif, mais non, c’est agréable à suivre. Peut-être, parce que la série est truffée de clin d’oeil aussi divers que variés. Par exemple, le père de Barry, Henry Allen, est incarné par John Wesley Shipp qui jouait lui-même le rôle de Flash dans une série des années 90. Autre détail amusant, le comédien Grant Gustin a fait partie du casting de la série musical Glee, tout comme Melissa Benoist, interprète de Supergirl dans la série du même nom et qui a fait une apparition dans un épisode spécial de Flashoù les deux devaient chanter… Sans oublier tous les sous-entendus liés à l’univers DC Comics que les initiés apprécieront.

Et puis chaque saison voit son crossover avec les autres séries du Arrowverse. En gros, il y a chaque année, 2 ou 3 épisodes qui incluent tous les super-héros de la chaîne The CW qui se déroulent dans chaque franchise, c’est sympa à regarder et ça donne parfois de très bonne chose, comme celui de la saison dernière Crisis On Infinite Hearth.

Flash, c’est une série fort sympathique, à l’humour parfois décalé, aux romances attendrissantes et à l’action étourdissante dont les 5 premières saisons sont à voir sur Netflix en attendant la suite, prévue en février 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code