Janvier rythmé par le blues

Janvier rythmé par le blues

26 janvier 2020 0 Par Aymeric Dallinge

Temps de lecture estimé : 3 '

Le jour est grisâtre. La brume prend toute la place. Ce dimanche pourrait être tellement sinistre. Pourtant, dans mon coeur, rayonne une lueur de paix. Ce sont de douces notes de pianos qui embaume mon salon et les effluves d’une délicate tisane florale qui ravivent mes papilles. 

Non, ça n’est pas mardi. Peut-être vous étiez-vous habitués à recevoir de mes nouvelles chaque semaine, le même jour. J’ai omis de vous dire, lors de notre premier rendez-vous, que j’avais horreur de la routine. Je lui préfère sa cousine, parfois délaissée, la spontanéité.
Aujourd’hui, j’ai envie de vous écrire pour apporter de la douceur dans vos journées qui peuvent être ternies. 

Savez-vous que le troisième lundi du mois de janvier a été baptisé « Blue Monday » pour « Lundi blues » ou « blues du lundi ». Au départ, en 2005, le concept était destiné à n’être qu’une campagne publicitaire pour promouvoir les bienfaits des vacances au soleil. Ironie du sort, 15 ans après, l’idée perdure. La saison hivernale, et particulièrement le mois de janvier, est connue pour être la reine de la déprime. Les jours sont courts, la météo peu clémente, les finances plombées par les fêtes et les vacances au ski. Bref, la recette parfaite pour être triste et n’avoir que l’envie de rester dans son lit. 

Cette année, nous avons la chance d’avoir une météo radieuse et des rayons de soleil généreux. D’accord, il fait froid. Bien que mardi je vous annonçais que l’hiver avait disparu. Il ne s’est pas prié de me montrer que j’avais tort. Là n’est pas la question. Je veux bien acquiescer de sa présence tout en continuant de mettre en avant quelques affolantes actions menées par l’être humain peu soucieux de ses agissements. N’y voyez pas de mea culpa.*
D’ailleurs, ça n’est pas là que je veux en venir. J’aimerais, plutôt, partager avec vous une impression. Je me suis rendu compte de la pertinence de ce « Blue Monday » en étant attentif à mon entourage. J’ai entendu, à plusieurs reprises, des collègues, amis ou inconnus croisés dans le train dire que le mois de janvier était difficile. De mon côté, je suis amusé par cette météo, qui chaque matin, réjouit mon coeur lorsque j’ouvre le store du velux de ma chambre. Mais alors, que puis-je faire pour embellir ces humeurs ternies par tant de choses ? Je devrais bien trouver un « remède de Grand-Mère » à partager avec mon entourage. Franchement, rien ne sert de chercher trop loin. Qu’est-ce qui est simple et ne coûte rien ? Oui, parce qu’on sait bien que c’est toujours l’argent le problème.

Un sourire ! Voici la solution toute trouvée. Saviez-vous que l’action de sourire sollicite le travail simultané de 17 muscles appelés zygomatiques ? Ce n’est pas compliqué mais pourtant si peu utilisé. D’autant plus que, pour soi-même, c’est agréable de sourire. De nombreuses études vantent ses bienfaits. Libérer les émotions, chasser le stress, préserver la jeunesse, et d’autres souhaits que tout le monde aimerait voir se réaliser. 
Maintenant que vous savez tout, je compte sur vous. Réfléchissez-y et souriez, sans trop réfléchir. Vous verrez que le monde autour de vous s’habillera de nouveaux tons. Terminées les journées grises. Bonjour la chaleur. Et, avec ce froid hivernal, vous en serez ravis.

*en référence à la chronique « L’hiver a disparu ! » publiée le 21 janvier 2020