Un peu partout dans le monde, le chaos s’installe depuis plusieurs semaines. L’un après l’autre, chaque pays se renferme sur lui-même et prend des restrictions historiques pour sa population. Cette dernière est entrée dans une panique générale et plus les jours avancent plus la peur gagne du terrain. Toutes lesLIRE

J’ai longuement hésité à écrire sur le sujet. Je me suis abstenu de toute prise de position écrite jusqu’ici. Pourtant l’envie n’a pas manqué. En ce jour, j’ai décidé de m’exprimer. Non pas pour parler au nom de celles. Au contraire. Je suis partisan de dire que la parole doitLIRE

Petit prince,Aujourd’hui, j’ai choisi de te dédier mes mots. Aucune ironie, aucune émergence d’un dysfonctionnement du système dans lequel nous vivons. Tu auras le temps de t’en rendre compte et alors nous en discuterons. Mon coeur est attendri. J’ai envie de t’exprimer combien j’ai succombé lors de notre première rencontre.LIRE

Vendredi 14 février. Je ne peux m’empêcher de parler d’amour. D’autant plus que c’est le jour. C’est tellement beau de voir tout ce rouge déployé pour déclarer sa flamme à toutes les personnes qui nous sont chères. J’aime voir les gens courir dans les magasins pour acheter ce petit oursLIRE

Nous en sommes à notre cinquième rendez-vous. J’ai probablement réussi à charmer certains d’entre vous. D’autres s’en sont allés. Ce n’est pas grave. On m’a souvent dit que « l’on ne peut pas plaire à tout le monde ». Depuis notre rencontre, nous avons abordé plusieurs sujets. J’ai tenté de vous boosterLIRE

Camus l’a écrit*. Je l’ai lu ces jours. Au delà du récit, cette semaine a été l’illustration parfaite des paragraphes que j’absorbais. La prise de conscience ne s’est pas faite tout de suite. Aujourd’hui, j’ai les idées plus claires. La brume dans laquelle j’évoluais depuis quelques jours s’est dissipée. VoiciLIRE

Le jour est grisâtre. La brume prend toute la place. Ce dimanche pourrait être tellement sinistre. Pourtant, dans mon coeur, rayonne une lueur de paix. Ce sont de douces notes de pianos qui embaume mon salon et les effluves d’une délicate tisane florale qui ravivent mes papilles.  Non, ça n’estLIRE

J’ai une nouvelle désagréable pour vous aujourd’hui. L’hiver a disparu ! Samedi dernier, en descendant de chez moi pour aller prendre le train, j’ai eu trop chaud. Je me suis même surpris à penser « Aymeric, pourquoi tu mets encore une écharpe au printemps? ». Que diable, où avais-je l’esprit ? Janvier n’estLIRE

J’ai longuement hésité sur le thème de cette première chronique. Pour dire vrai, voici déjà quelques jours que je cogite sur son contenu et la question qui persistait : « mais qu’est-ce que j’ai bien à leur raconter ? ». Je me suis retrouvé coincé dans le paradoxe de l’envie d’écrire et des doutesLIRE